Science dure

Cette page a pour but de présenter diverses publications réalisées par le GEFMA.

 Communication RIMMO (* en cours de connexion)

Échouages de Marsouins communs (Phocoena phocoena) sur le littoral landais depuis le premier semestre 2004.

 Doocument au format pdf (GIF)

Poster - Les poissons de fond. Une relation étroite et de longue date avec les marins pêcheurs du pays Basque et des Landes nous a permis de collecter plusieurs espèces rares (...) Cet inventaire ichtyologique a été réalisé dans le cadre d’un partenariat avec le laboratoire IFREMER d'Anglet et les systématiciens du MnHn de Paris.
Poster présenté à un congrès de cétologie d'Hawaï, à la suite de deux échouages exceptionnels, à quelques mois d’intervalle, de baleines à bec du genre Mésoplodon (densirostris et europaeus ).

 Pooster en haute résolution (GIF)

Poster - Échouages de Ziphiidés et Physeteridés réalisé en collaboration avec le CRMM/ULR de La Rochelle (Centre de recherche des mammifères Marins) et le Musée de la Mer de Biarritz.

 Pooster en haute résolution (GIF)

 Poisson rubis : première capture d’un Erythrocles monodi (Poll & Cadenat, 1954) dansl’Atlantique nord-est. Les conditions de captures aux abords du Gouf de Capbreton (cf. caractéristiques biométriques de ce spécimen).

 Puublication en anglais (GIF)     en français (GIF)

Inventaire otolithique de certains poissons du golfe de Gascogne : le GEFMA étudie, entre autres actions, les contenus stomacaux de certains delphinidés (dauphin commun, dauphin bleu et blanc, grand dauphin, globicéphale noir) échoués sur nos côtes. Afin d’identifier les causes de ces morts, certaines données permettent de déceler parfois des caractères d'ordre pathologique (cf. inventaire otolithique stomacal (..)
 
Rapport d’observations en mer « Mode de fréquentation du Globicéphale noir (Globicephala melas) dans le golfe de Gascogne»réalisé par Virginie Lahaye du LBEM de la Rochelle.
Introduction
Le globicéphale noir (Globicephala melas) est une espèce ubiquiste largement distribuée dans les eaux froides et tempérées de l’Atlantique Nord et dans l’Hémisphère Sud. À l’échelle du Golfe de Gascogne, l’analyse des observations occasionnelles des Brigades de Surveillance Aérienne des Douanes, plaisanciers et autres professionnels de la mer a montré que les globicéphales effectuaient des mouvements saisonniers au sein de toutes les zones océanographiques du golfe. Bien que présents du plateau continental aux grands fonds tout au long de l’année, les animaux se concentrent sur le talus de la fin de l’hiver à l’été, où ils effectuent un mouvement sud-nord suivant l’axe du talus. En automne et en hiver, ils se répartissent plutôt des grands fonds au plateau continental. Des zones côtières à forte présence de globicéphales ont pu être mises en évidence, notamment dans les pertuis charentais. Le traitement des données occasionnelles et dédiées d’observation dans les pertuis a montré une régularité des arrivées de mai à septembre. Les résultats de la photo-identification mettent en évidence une fidélité inter-annuelle du groupe observé. Tous ces déplacements semblent liés à un facteur trophique, les animaux se déplaçant selon les variations saisonnières de leurs ressources, suivant probablement une tradition de groupe dans leurs déplacements. 

La distribution des globicéphales noirs dans le Golfe de Gascogne est donc originale et traduit leur grande plasticité écologique face aux variations environnementales.

Rapport d’observation (GIF)